Les inférences en L2

Les inférences dans la communication orale en L2 :
processus et marques linguistiques
Montpellier, France
12 – 13 Mai, 2016

Site Saint-Charles, salle des colloques n°2

Site Internet dédié au colloque: http://colloqueicol2.wix.com/montp

Affiche finale 040216

PROGRAMME

Jeudi 12 mai  /  Thursday 12th May

13:00 – 13:45   Accueil des participants

13:45 – 14:00 Ouverture : Mot d’accueil

14:00 – 14:30 Amina SAOUSSANY (Université Ibn Zohr, Agadir, Maroc)
L’interculturel en entreprise : approche de malentendus communicatifs dans les interactions professionnelles en entreprise au Maroc.

14:30 – 15:00 Vanessa PICCOLI (Université Lumière Lyon 2 / Università di Bologna, Italie)
À la recherche des bons indices : inférences et recherche de mot entre locuteurs de langues romanes.

15:00 – 15:30 Jean-Marc LAVAUR (Université Montpellier III)
Comprendre et raconter un film dans sa deuxième langue : analyse des processus inférentiels.

15:30 – 16:00  Pause café

16:00 – 17:00 Plénière : Véronique TRAVERSO
Inférences et processus d’intercompréhension dans les interactions quotidiennes : quelques questions méthodologiques.

______

Vendredi 13 mai / Friday 13th May

9:00 – 9:30  Accueil des participants

9:30 – 10:00 Marina DA COSTA (Université Toulouse – Jean Jaurès)
Nathalie SPANGHERO-GAILLARD (Université Toulouse – Jean Jaurès)
Nathalie ROSSI-GENSANE (Université Lyon 2)
Rôle des propositions subordonnées relatives finales dans la compréhension orale en FLE.

10:00 – 10:30  Yamna CHADLI-ABDELKADER (Université Bordeaux Montaigne)
Henri PORTINE (Université Bordeaux Montaigne)
Inférence Discursive et Inférence Interprétative.

10:30 – 11:00  Pause café

11:00 – 11:30  José Manuel ARIAS BOTERO (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Les processus inférentiels dans la co-construction du sens dans l’apprentissage des langues à travers l’intercompréhension.

11:30 – 12:00  Cédric SARRÉ (Université Paris-Sorbonne)
Saghie Sharifzadeh (Université Paris-Sorbonne)
Quels liens entre inférence et négociation du sens dans la communication orale en L2 ?

12:00 – 14:00  Repas

14:00 –14:30  Christine BÉAL (Université Montpellier III)
Kerry MULLAN (RMIT University, Australie)
Les marqueurs linguistiques de l’inférence en français et en anglais : de la L1  à la L2.

14:30 – 15:00   Alena BARYSEVICH (Collège Glendon – Université York, Canada)
Marie-Élaine LEBEL (Collège Glendon – Université York, Canada)
Usha VISWANATHAN (Collège Glendon – Université York, Canada)
L’inférence en interaction : étude de groupes de discussion entre locuteurs non natifs.

15:00 – 15:30  Cécile POUSSARD (Université Montpellier III)
Laurence VINCENT-DURROUX (Université Grenoble Alpes)
Caroline DAVID (Université Montpellier III)
Les marques linguistiques de l’inférence en L2.
Etude d’entretiens en anglais à propos d’un extrait de film.

15:30 – 16:30  Table ronde : animée par Laurence VINCENT-DURROUX, Cécile POUSSARD, Christine BÉAL.

______

Télécharger la fiche d’inscription « auditeurs » ici

(Tous les communicants auront reçu leur fiche d’inscription par message électronique)

 

« La parole est moitié à celui qui parle, moitié à celui qui l’écoute […]. »[1]
(Montaigne, Les Essais 3, Chap. 13, p. 1088)
Selon D. Bailly (1998 : 132)[2], l’inférence est « une opération de raisonnement logique par laquelle, à partir d’un fait, d’une proposition…, on tire une conséquence ».

Dans le cadre de la communication orale, cette opération participe de la construction de l’interaction et s’appuie sur une prise d’indices multiples, à différents niveaux. Les processus d’inférence permettent en effet de construire une information à partir d’un contexte, sans qu’elle soit directement et explicitement fournie par celui-ci.

Les processus inférentiels peuvent porter sur les éléments de la langue, les attitudes, les comportements, les pensées, les émotions, les attentes, les intentions ou encore la culture de l’interlocuteur.

Si toute communication implique des inférences, certaines configurations de communication y sont particulièrement propices : la négociation, l’argumentation, l’interculturel, la communication exolingue…

En langue étrangère plus particulièrement, selon C. Poussard (2000 : 203)[3], « l’inférence peut permettre de reconstruire un message, un passage, un mot à partir du contexte et des connaissances personnelles ou bien de compenser la non-compréhension d’un message, d’un passage ou d’un mot ». Tout apprenant d’une langue étrangère met en place des processus inférentiels dans le cadre d’une situation de compréhension et de restitution, allant jusqu’à faire appel à des inférences émotionnelles dans le cadre plus large d’une situation d’interaction orale. Par rapport à l’interaction orale en L1, ces processus sont probablement amplifiés en L2 du fait d’un déficit de compréhension du discours du locuteur natif, d’un déficit de lexique ou de différences culturelles…

Ce colloque interdisciplinaire a pour objectif d’interroger le cas particulier de la communication orale en L2, quelle que soit la langue impliquée. Il rassemblera des réflexions de différents champs de recherche (linguistique, psycholinguistique, psychologie cognitive, didactique des langues) sur la notion d’inférence à partir de communications fondées sur une approche empirique (études de cas). Les intervenants sont invités à s’appuyer sur des corpus de données orales ou multimodales.

Il s’agira de tenter de répondre aux questions suivantes :
– en quoi les inférences effectuées en L2 sont-elles différentes de celles effectuées en L1 ?
– comment le locuteur de L2 interprète-t-il les éléments relatifs au comportement, aux attitudes, aux attentes, aux intentions ou encore à la culture de l’interlocuteur ?
– l’incompréhension génère-t-elle des inférences inadaptées voire fausses et quelles en sont les conséquences ?
– quelles marques linguistiques (telles que les hésitations, les répétitions, les marques d’incompréhension…) ou non-linguistiques (gestes, mimiques) l’apprenant de L2 va-t-il mobiliser et dans quels contextes ?
– les marques linguistiques et/ou discursives de l’inférence sont-elles similaires ou différentes dans la langue maternelle de l’apprenant et dans sa L2 ? Quelles conséquences pour sa performance en L2 ? Quelles stratégies discursives va-t-il mettre en place ?
– quelles pistes didactiques pourraient être envisagées afin d’aider l’apprenant dans sa gestion de l’inférence en L2 ?

Mots-Clés : inférence, corpus oraux, didactique, acquisition de la L2, psycholinguistique, ressources linguistiques, gestes.

Conférence plénière : Véronique Traverso, ICAR, UMR 5191, directrice de recherche au CNRS, université de Lyon 2

Comment répondre à cet appel ?
Le colloque comportera des communications (20 minutes + 10 minutes de questions) suivies, en fin de journée, de tables rondes réunissant les communicants selon les thématiques abordées. Les communications pourront être proposées en anglais, mais le français sera la langue de travail privilégiée lors des tables rondes.
Les propositions sont à adresser avant le 1er octobre 2015 à l’adresse suivante : colloque.icol2@gmail.com
Elles comporteront le titre, le(s) nom(s), le(s) prénom(s), le rattachement institutionnel, et l’adresse courriel du ou des auteurs, puis le résumé en français ou en anglais (500 mots maximum) ainsi que 5 références bibliographiques. Le résumé expliciteraclairement la question à l’étude, les données utilisées, la méthode d’analyse, les résultats.
Toutes les propositions de communications seront évaluées anonymement par 2 membres du comité scientifique.

Pour toute question relative à l’organisation du colloque ou discussion scientifique, vous pouvez également contacter les organisateurs à cette adresse : colloque.icol2@gmail.com

Calendrier et lieu
1er octobre 2015 : date limite d’envoi des propositions
15 décembre 2015 : notification d’acceptation des propositions et diffusion du programme
15 janvier 2016 : ouverture des inscriptions
Ce colloque se tiendra à l’université Paul-Valéry Montpellier 3, site Saint Charles (arrêt de tram : Albert 1er), les 12 et 13 mai 2016.

Frais d’inscription : 40 €
Les frais comportent le repas de vendredi midi et les pauses café.

Publications envisagées
Il est prévu de publier une sélection des communications sous forme de numéro thématique dans la revue Les Cahiers de Praxématique.

Comité d’organisation
Caroline David
Isabelle Ronzetti

Comité scientifique
Wilfrid Andrieu, LERMA, EA 853, université Aix-Marseille
Christine Béal, Praxiling, UMR 5267, université Paul-Valéry Montpellier 3
Nathalie Blanc, Epsylon, EA 4556, université Paul-Valéry Montpellier 3
Alex Boulton, Atilf, UMR 7118, université de Lorraine
Paul Cappeau, FoReLL, EA 3816, université de Poitiers
Isabelle Gaudy-Campbell, IDEA, EA 2338, université de Lorraine
Muriel Grosbois, CeLiSo, EA 7332, université Paris IV
Sylvie Hanote, FoReLL, EA 3816, université de Poitiers
Jean-Marc Lavaur, Epsylon, EA 4556, université Paul-Valéry Montpellier 3
Catherine Paulin, LiLPa, EA 1339, université de Strasbourg
Kerry Mullan, RMIT University of Melbourne
Cécile Poussard, EMMA, EA 741, université Paul-Valéry Montpellier 3
Stéphanie Roussel, LACES, EA 4140, université de Bordeaux
Henry Tyne, Équipe CRESEM, université de Perpignan Via Domitia
Laurence Vincent-Durroux, LIDILEM, EA 609, université Grenoble-Alpes


[1] Montaigne, M. (1924), (1978), Les Essais. éd. par Pierre Villey, Presses Universitaires de France (3ème édition).
[2] Bailly, D. (1998). Les mots de la didactique des langues. Le cas de l’anglaisLexique. Paris-Gap : Ophrys.
[3] Poussard, C. (2000). Compréhension de l’anglais oral et technologies éducatives. Thèse de doctorat, université Paris 7, 390 p.

Les commentaires sont fermés.